Le droit du travail français serait-il bien plus flexible que le système néerlandais ?!

En tant que conseil d’entreprises françaises ayant des salariés sous contrat local néerlandais, il m’arrive d’avoir à expliquer aux responsables RH français des aspects du droit du travail néerlandais qui leur paraissent parfois bien étonnants.

 

Par exemple, le fait qu’un salarié peut se mettre lui-même en congé maladie sans avoir besoin d’une attestation de son médecin généraliste… ou bien encore, le fait que l’employeur doit payer lui-même (au moins 70% ) le salaire pendant 2 ans de maladie ... Sans parler du système de la permission préalable obligatoire afin de pouvoir licencier un salarié, système néerlandais d’ailleurs unique dans le contexte européen.

Il y a également une grande différence entre les deux pays en ce qui concerne la période d’essai. En effet, en droit néerlandais, la période d’essai ne peut dépasser 2 mois maximum pour un CDI et 1 mois maximum pour un CDD. Ces périodes sont, dans la pratique, beaucoup trop courtes pour vraiment apprendre à connaître quelqu’un et pouvoir apprécier ses capacités.

C’est pourquoi les employeurs néerlandais commencent généralement par un CDD de courte durée, contrat qui prendra fin automatiquement (sans avoir besoin de l’accord préalable du juge pour y mettre fin).

 

Quelle différence avec la France où la période d’essai maximum va jusqu’a 8 mois !

Bien sûr il y a des conditions ; tout d’abord, la durée dépend du type de salarié : dans un premier temps 2 mois pour les salariés ouvriers ou employés, 4 mois pour les cadres. Une distinction («cols bleus» et «cols blancs») qui par ailleurs n’existe pas aux Pays-Bas et qui dévoile une différence culturelle intéressante entre les deux pays…

 

Ensuite la période d’essai peut être prolongée mais seulement avec l’accord du salarié. Cela est bien beau, mais on imagine bien le salarié à qui on donne le choix: nous mettons fin au contrat ou on prolonge la période d’essai…

 

Les Français sont souvent eux-mêmes assez critiques sur la manière de faire des affaires en France (trop de lenteur et d’administration) mais je dirai que dans le domaine du droit du travail, le système français est beaucoup plus flexible pour les entreprises que celui des Pays-Bas.